Quel type de disjoncteur choisir ?

Disjoncteur général ou de branchement

Le disjoncteur général, également appelé disjoncteur de branchement, est un élément essentiel de l’installation électrique car c’est le point de départ de la circulation du courant à travers le réseau général du bâtiment.

La fonction principale du disjoncteur général est de séparer l’installation électrique privée, c’est-à-dire celle propre au logement et le domaine public, qui appartient au gérant du réseau électrique (EDF). Il permet également de priver tout le logement d’électricité grâce à la fonction de coupure d’urgence de l’installation électrique.

Pour finir, il permet à la compagnie d’électricité publique de s’assurer que le propriétaire fasse bien tourner le compteur de courant, et ainsi d’éviter les fraudes.

Disjoncteur divisionnaire

Le disjoncteur divisionnaire sert à protéger l’installation électrique des court-circuits. En effet, si une ligne électrique devient risquée, il coupe automatiquement le circuit. Le disjoncteur divisionnaire est complémentaire du disjoncteur différentiel car il ne protège pas des éventuelles fuites causées par un problème d’isolation, mais il isole simplement la ligne où la surcharge a eu lieu.

Le principe du disjoncteur divisionnaire est simple. Lorsqu’il détecte une surcharge qui est assez importante, le bilame commence à chauffer et coupe automatiquement cette ligne à partir d’une certaine intensité de surcharge grâce à un procédé thermique.

Si un court-circuit se produit, le disjoncteur divisionnaire isole la ligne magnétiquement. Il permet également d’identifier la source de la surcharge plus rapidement et plus efficacement, à l’inverse du système de fusible. Pour finir, il est très facile de le réarmer. Assurez-vous toutefois de vérifier les installations et de retirer ou de réparer l’élément qui a causé le problème dans le circuit avant d’effectuer cette opération.

Disjoncteur différentiel

Le disjoncteur différentiel possède une fonction supplémentaire par rapport à un disjoncteur classique. En plus de protéger des surcharges, il interrompt l’alimentation en électricité en cas de fuite de courant venant d’une installation.

Grâce à un procédé électromagnétique, le disjoncteur différentiel calcule la différence entre l’intensité du courant neutre et l’intensité du courant de phase, c’est-à-dire les courants entrants et sortants (dans le cas d’une installation électrique classique). Ils sont donc censés être égaux. Si ce n’est pas le cas et qu’il y a donc une différence (d’où le nom de disjoncteur différentiel), c’est qu’il y a une fuite vers la terre. Au dessus d’un certain seuil de différence, le disjoncteur coupe le circuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *